La NEUE FRAU cabaret Philo Dada au musée

15/01/2019

SisterArt showtime@ Musées Royaux autour de l'expo Berlin 1912-1932 pour voir un collage performatif d'Elisabeth Woronoff sur La nouvelle femme. Peu de jours de représentation pour cette performance travaillée sous l'égide des Midis de la poésie. SisterArt l'a captée pour vous !

Dada-hommage

La performance démarre à l'entrée du cabaret philo ou Club Dada de Berlin installé pour l'occasion. On nous demande d'écrire notre propre poème Dada à l'aide de trois mots pris au hasard : ça donne… 

TA TA TANKS !

Quelle PROCEDURE… Ha Ha ha

BA BAN BANG !

… par exemple.

Aussi, nous recevons un masque que nous sommes priés de porter à l'entrée, ou pas. Il y a le Roi Philippe, la Reine Mathilde, l'une d'entre nous est Nicole Kidman !

Premier tableau, style conférence. 

Deux actrices fagotées sous des masques:  Hannah Höch, activiste et plasticienne dada, féministe engagée et reconnue pour ses collages et photomontages (1889-1978) d'une part, et Hugo.

Un bref historique Dada, une brève interview de Hannah Höch et la participation active du public, donnent un tout plein d'humour décalé. On s'attend à quelque chose, mais à rien en particulier. 

"Silences performatifs" et ensuite...

Dada-transposé

L'oeuvre-collage de Hannah Höch « Cut with the dada kitchen knife through the last Weimar beer-belly cultural epoch in germany » est transposée au coeur de notre actualité. Au sol, Hugo a créé une installation avec des produits de consommation et des symboles de nos activités socio-politiques, un drapeau de l'Union européenne, une licorne, des portables… 

Deuxième Tableau, bas les masques !

Hugo n'est pas assez Dada avec sa cravate rouge selon Hannah. Elle lui arrache les bas-joues. TaDadadadadadada découverte : il y a une femme dans l'homme !

Transformations et mises à nu avec désinvolture, nous invitent à un acte créateur subversif et politique. Hugo, mi-homme mi-femme, se met à galoper sur une bouée licorne « Instagram » entourée de produits « Mac », berce l'arche de Noé « Playmobil » en portant le masque de Théo Francken, d'où tombent de nombreux bonshommes… 

Bravo à Elisabeth Woronoff, Louise Baduel, Zoé Nève pour cette création à l'esprit très Dada.